PHOTOGRAPHIES

  

 

VIDEO

  

 

TEXTE

 

 

Entretien / Guy Lelong

Les littératures à contraintes

 

Pour nous parler des littératures à contraintes, Guy Lelong, écrivain, critique et chercheur, s’appuie sur certaines des analyses qu’il a produites ainsi que sur les fictions qu’il a réalisées selon cette méthode. Un nombre important de fictions du xxie siècle ont opéré un renversement de la forme et du fond. Plutôt que de mettre en forme une histoire déterminée au préalable, ces fictions inventent une histoire à partir de contraintes formelles élaborées en premier. De Mallarmé, voire Proust, au Nouveau Roman, de Raymond Roussel à l’OuLiPo, de Georges Perec à Mark Z. Danielewski, des écrivains ont, à des degrés variables, inventé tout ou partie de leurs fictions à partir de contraintes ou de règles. Pour être ainsi « contraintes », ces fictions mettent en avant les propriétés de l’écriture qu’elles explorent, au point d’en presque faire leur sujet principal : structure de récit, montage de séquences narratives, construction de la phrase, rythme, sonorité… Les univers imaginaires produits par ces fictions « langagières » ont pour intérêt d’offrir des représentations atypiques des univers factuels auxquels elles se rapportent. La conservation-restauration de tels types de textes posent des problèmes spécifiques et complexes.