Jean-Marc Chapoulie, vidéaste, a collaboré comme assistant réalisateur de la série de documentaires Cinéastes de notre temps, dirigée par Janine Bazin et André S. Labarthe. Puis il intervient régulièrement au Studio Le Fresnoy et enseigne ponctuellement à l'École supérieure d'art de Grenoble ainsi qu'à l'École régionale des beaux-arts de Besançon. À partir de 2006, il enseigne à l'École des beaux-arts d'Annecy en section vidéo/cinéma. En 2001, Jean-Marc Chapoulie est l’un des commissaires d’exposition associés à la Biennale d'art contemporain de Lyon, il y sera ensuite invité, cette fois-ci en tant qu’artiste, lors de l’édition 2005 avec l’œuvre intitulée Le Couloir de Chtulhu. En 2006, il présente un film sur le Tour de France, TDF06, au Palais de Tokyo. Dans le recueil éponyme publié en 2008, il livre une grande partie de ses réflexions sur ce qui pourrait être reconnu comme du cinéma.  

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Jean-Marc Chapoulie / Les images délaissées ou l’apologie du non-choix

 

A travers ses œuvres, Jean-Marc Chapoulie questionne les systèmes spécifiques de monstration de l’image en mouvement dans le cadre d’installations ou de performances et notamment le rôle que tient le spectateur dans un tel contexte. Depuis la fin des années 1990, il propose sous le nom d’Alchimicinéma des séances à la forme hybride, à la fois conférences et performances, projections et installations. Ses considérations portent sur la redéfinition du genre aussi bien que sur les éléments d’une histoire matérielle des supports de l’image en mouvement et d’une histoire hérétique des pratiques filmiques, ainsi que sur les dispositifs de fabrication et de monstration des films, sans oublier les questions de Droit d'auteur. Les questions de la conservation: quelles images conserver ?, de la restauration : doit-on restaurer ces images ? et de la transmission : quel accès à ces images habituellement écartées ou laissées pour compte sont pleinement abordées dans son travail.