Daniel Buren, vit et travaille in situ. En 1965, il met au point son « outil visuel » : des bandes verticales alternées blanches et colorées de 8,7 cm de largeur. Buren procède toujours à une analyse du lieu dans lequel il intervient, en révélant ces particularités et chacun de ses travaux s'exprime in situ, suivant le lieu où il est programmé et réalisé.  Au cours des années 1970, ses interventions « rayées » envahissent tous les supports : portes, escaliers, trains, voiles, gilets pour gardiens de musée, etc. Parmi ses nombreuses interventions dans l’espace public, la plus célèbre est sans conteste « Les Deux Plateaux » (1985-1986) commandé par l'État français pour la cour d'honneur du Palais-Royal à Paris.  

 


 

 

Daniel Buren / La maintenance des œuvres créées pour l’espace public

 

Riche d’une actualité importante concernant la restauration de ses oeuvres, Daniel Buren abordera différents aspects concernant la permanence des interventions artistiques dans l’espace public. Il s’appuiera en premier lieu sur un exemple concret d’une de ses œuvres, élément d’un ensemble installé à Avignon le long de l’axe Marseille-Paris en 1989 à l’occasion de la commémoration de la révolution et faisant l’objet d’une étude d’un groupe d’étudiants de l’école. Daniel Buren nous expliquera pourquoi il en a souhaité le démontage pour défaut de maintenance et plus généralement en quoi l’entretien des œuvres dans l’espace public reste un défi majeur. Il abordera aussi l’un de ses chantiers les plus médiatisés, les Deux Plateaux au Palais Royal à Paris, fraîchement restauré. Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui, cette oeuvre pose la question d’une intervention artistique contemporaine au sein d’un ensemble patrimonial. Du dispositif de palissades que l’artiste a créé pour donner à voir le chantier et ainsi en faire un spectacle, aux contraintes de maintenance et d’entretiens d’une telle pièce Daniel Buren nous exposera sa position. Il évoquera aussi son combat permanent pour la maintenance de ses œuvres malgré le fait qu’il envisage dès la conception, la prévention de la détérioration à travers les exemples de la place des Terreaux à Lyon dont la rénovation est prévue prochainement ou le parc « Rayonnant » à Sérignan.